Castorama recrute à son tour des fans pour facebook … et après ?

Et c’est au tour de Castorama de sonder sa base e-mail pour recruter du fan sur Facebook. Mécanisme classique pour “acheter” du fan, un petit concours avec des (beaux) lots à gagner. A ce jour, 21 juin 2010 : 2800 fans

Les questions qui subsistent toujours :

Mais qu’allez-vous faire de ces fans ?
Comment allez-vous les animer ?
Que peuvent-ils vous apporter  ?
Comment mesurer tout ça ?

Pas encore évident de se positionner, peu de retour d’expérience, encore beaucoup de tests et surtout une audience très volatile qui reçoit aujourd’hui énormément de sollicitations et qui je pense est souvent peu attentive aux marques qui s’époumonent sur facebook.
On retombe dans le marketing de l’interruption vs le marketing de la permission.

Pour gagner des points et l’attention des internautes et surtout tirer profit de Facebook quelques “best practices” :

– Inventer un vrai service autour de facebook, réservation de qqc, contact direct, streaming vidéo, …
– Produire des contenus exclusifs, du making of, …
– Etre présent au jour le jour, interagir, interpeller, répondre, relancer, proposer, co-construire, …
– Donner une raison de revenir et d’utiliser la page fan ( 1er point d’un brief Facebook )
– Intégrer la dynamique Facebook au coeur du site et de la relation online et pas seulement comme un n-ième outil de com
– Donner une dimension ludique au dispositif, Facebook est avant tout une grande cour de récréation

Les vieux principes de Seth Godin (Permission Marketing, 2000) restent toujours d’actualité : mettons en place une relation Pertinente, Attendue, Personnalisée

Et vous ? Vous en pensez quoi ?

  • Pingback: Tweets that mention Castorama recrute à son tour des fans pour facebook ... et après | I Love web -- Topsy.com()

  • Je trouve dommage de devoir avoir un compte sur un réseaux social comme facebook (ou Disqus soit dit en passant) pour pouvoir interagir avec une marque.
    Cela tend à me faire “payer” mon interaction, non pas d'un point de vue monétaire, mais à l'aide de mes informations personnelle.
    Je trouve que cela fait un peu chantage : “tu me dévoile un peu de ta vie et tu aura le droit à de l'information/à t'exprimer”.

  • Je comprends votre point, mais je dirais que c'est le jeu du donnant/donnant. Maintenant les marques doivent proposer un contenu et des services de qualité pour récompenser cet effort.

    Pour Disqus sur le blog c'est juste parce que c'est un bon système de gestion des commentaires et qu'il évite plutôt très bien les spams 🙂

  • Audrey

    Je trouve dommage de devoir proposer un jeu concours pour inciter les personnes à devenir fan. Elles risquent de se “désabonner” dans quelques semaines. Quand les marques se lancent, il n'y a absolument pas besoin d'incentiver avec un jeu comme celui de Castorama pour collecter du fan. Des fois, seul un emailing avec les bons plans que les internautes vont trouver sur la fan page est suffisant.

  • La concurrence est de plus en plus dure … 🙂

  • Pingback: E-commerce et facebook : les ventes privées de La Redoute | I Love web()

  • Et pas de ROI..

  • Laurent, La Redoute Portugal a déjà 15000 fans! Pourquoi se saouler à tout mesurer. C'est un reflexe VPC. Toi même tu citais une présentation de social media qui disait que le ROI était d'être encore vivant dans 5 ans. Les 15000 fans sont une super photo de ton fichier et c'est outil pour avoir une image tangible de tes clients. C'est un dialogue et on prend en compte les remarques. C'est un outils d'information et c'est sympa pour tester des choses. Après en même temps faut surtout pas croire que c'est un moyen de prospection. C'est de la fidélisation pure… On anime avec des petits défis, une App Fashion Adviser on-line et on présente un article homme et un article femme par semaine. Je veux surtout pas de jeux pour prospecter des fans, car tout doit être spontané. Si je veux des fans j'ai qu'a prospecter sur mes meilleurs clients. C'est pas un outil commercial, c'est un outil pour “dorloter” (pas très fier de ce verbe) les clients d'une façon plus sympa que tout nos tableau de bord et chiffrage.
    Le reste viendra après.. et pour une fois que l'on fait quelque chose au feeling! Pas d' histo, TTR, MMC, CRC.. que du bonheur 😉
    Mais on fait quand même très attention…

    a+

  • Pingback: Et si le média faisait le prix du produit? « Cyril Ollivier Marketing()