Emailing, Twitter et facebook le triple play de la promotion push

Déjà régulièrement présent dans les footers des emailings, Twitter et Facebook passent la seconde et deviennent un élément de premier ordre de la com Online aux US, un petit exemple avec Borders (mais il y en a beaucoup d’autres).

Cela pose toujours la question des usages des différents canaux online ainsi que la surpression sur ces clients qui reçoivent les emails, sont fans sur Facebook et followers sur twitter.

A un moment cela devient très compliqué de produire des infos complètement différentes pour chaque canal …

Dans le cas de borders, l’emailing est utilisé pour la promo, Facebook majoritairement pour faire des commentaires sur un livre/film/album faire la promotion de leurs interviews et de leurs évènements, et twitter pour un mix dialogue / réponse client / couponing / promo de bons contenus autres. Pas mal de contenus différents avec de bons rythmes de publication.

Cette segmentation semble globalement la plus courante :
Emailing = les grosses offres du site et les gros mouvements
Facebook = les évènements + construction d’une (mini) communauté autour d’un thème
Twitter = dialogue + live + mini promo

image-11

image-21

image-3

  • JFD

    Interessant de voir que ca se structure, par contre je pense qu’il faut plutôt profiter des nouveaux médias pour limiter la pression email et apprendre à s’en passer, car ne l’oublions pas les jeunes aujourd’hui n’utilisent plus l’email, ou simplement comme nous utilisons encore le papier, ca n’est donc pas un média d’avenir…

  • laurent.evain

    oui c’est vrai, je me rends compte que même moi j’utilise facebook et twitter comme des messageries alternatives

  • Pingback: Revue de presse blog : 02-07-09 | Le Marketing sur le Web()

  • slt

  • Les médias sociaux (twitter, facebook …) sont pour moi les outils de communication pour la sortie de crise;
    Bien exploités, ils renforcent la valeur de la marque en établissant une relation de proximité avec ses clients.
    Plus d’offre massive via email qui ne correspondent qu’à 5% de la cible, moins de rigidité dans la communication par rapport aux emailings classiques.
    Mais il ne suffit pas de passer sur ces nouveaux canaux pour être bon cela implique un changement fondamental de culture pour se dévoiler à ses lecteurs et discuter avec eux …

  • laurent.evain

    Je partage à 100%, Mickael on bosse ensemble quand tu veux 😉